karotte

Dali et Gala: les Erotiques (2018)

36,6x28,7x1,2 in ~ Peinture, Acrylique


Acheter l'original : Contact

-"J'astiquais gala pour la faire briller,la rendant la plus heureuse possible, la soignant mieux encore que moi-même, car sans elle tout était fini!"
Dali rencontre Gala en 1929, en visite avec son mari Paul Eluard chez le jeune peintre catalan. Gala est la maîtresse officielle de Max Ernst et le triangle amoureux ne se cache pas. Dali est quasi vierge, se qualifiant lui-même de "Grand masturbateur". pourtant entre eux, le coup de foudre est fulgurant et instantané. Gala va l'initier aux plaisirs partagés comme aux pratiques sociales, qui vont faire démarrer sa carrière incroyable et forger sa personnalité de fou savant. dali va faire de gala son unique modèle (quasi), une icône moderne qui va s'envoler vers le mythe vivant.
Leur histoire d'amour se dessine dans une Espagne fasciste, insoutenable de privation, plombée d'amertume, de révolte et de pauvreté. C'est dans ce contexte que s'invente le surréalisme car comment survivre autrement dans ce paysage de ruine ? Dépasser le réel, ritualiser des patterns, des motifs, ancrer la femme, le port, la mer et la mère....pratiquer le glaçis qui gomme la moindre imperfection et qui prend un temps fou..(.je saisis très clairement le procédé de création d'art thérapie avec lequel Dali se soigne et s'auto-encourage, couche après couche) . De son côté, Gala va faire fructifier le génie de son peintre fou grâce à son réseau international. Ils se marieront en 1938 à la mort de Paul (le premier mari). Leur dernière volonté était de partager le même caveau, tout à la gloire de leur amour, érigé au Château de Pùbol en Catalogne et c'est bien là qu'est enterrée Gala le 10 juin 1982. Mais cette même gloire apporte avec elle le Musée Dali en 1974 et ....le tombeau du Maître. Ainsi et conte sa volonté, Dali fut inhumé, embaumée dans le théâtre du Musée Dali le 25 janvier 1989, deux jours après sa mort.L'exhumation a lieu le 20 juillet 2017 pour effectuer un test de paternité pour Pilar Abel, qui prétendait être sa fille. il a fallu quatre heures pour le sortir de sa crypte, puis le transporter au funérarium de Madrid, pour finalement obtenir un test négatif pour la jeune fille. En revanche, le corps de Dali parfaitement embaumé était totalement intact et sa célébrissime toujours à 10h10! Je suis folle de Dali et tout est là, des glaçis aux motifs, du surréalisme jusqu'au tombeau!

Ajouté le

Disponibles en impressions d'art à partir de 19 €

Reproductions, Impressions sur toile, Impression sur métal

Commander une impression

 

Disponible en fichiers numériques à partir de 30 €

Acheter une licence

 

Créé avec Artmajeur